Piétons et automobilistes

par Maitre Grebille-Romand

Depuis le 18.09.2018, Tout conducteur est tenu de céder le passage, au besoin en s'arrêtant, au piéton s'engageant régulièrement dans la traversée d'une chaussée ou manifestant clairement l'intention de le faire ou circulant dans une aire piétonne ou une zone de rencontre.

La peine encourue est 135 € d’amende, une peine complémentaire jusque 3 ans de suspension de permis de conduire et surtout, un retrait de 6 points sur le permis de conduire.

La sanction est particulièrement lourde et en termes de points, coûte autant qu’un très grand excès de vitesse, une conduite sous alcool ou sous stupéfiant, voire un délit de fuite.

Les pouvoirs publics ont décidé de sanctionner très durement des attitudes au volant qui ont abouti à des décès et blessures sur personnes vulnérables que sont les piétons.

Si l’effort est louable, il est toutefois dommage de ne pas accompagner cette aggravation des sanctions par une campagne d’information, qui aurait surtout le mérite de prévenir les automobilistes et de réellement changer le comportement de certains.

Il faut rapprocher cet article R 415-11 du Code de la Route avec l’obligation pour le piéton de traverser la chaussée en utilisant, lorsqu'il en existe à moins de 50 mètres, les passages prévus à cet effet, sous peine d’une amende de 4 €.

Ce qui signifie, par recoupage des textes, que la sanction de ne pas céder la priorité au piéton s’appliquera bien sûr en cas de non-respect de la priorité du piéton engagé sur le passage adéquat, mais aussi du non-respect de la priorité du piéton hors passage piéton si le piéton se situe à plus de 50 mètres de l’un d’entre eux.

De plus, la sanction pourrait tomber non seulement lorsque le piéton est déjà engagé à traverser, mais également lorsque son intention de le faire est manifeste.

La contestation de cette contravention sera très ardue car la simple constatation de l’infraction par un policier suffira, sachant que cette constatation pourra se faire directement par un policier présent au moment de l’infraction mais aussi par vidéo-surveillance.

Un automobiliste averti en vaut deux.